Actualités‎ > ‎

J'ai mal à ma France

publié le 9 déc. 2015 à 09:58 par Villenoy Avenir

Lundi matin nous sommes nombreux à nous être réveillés avec la « gueule de bois », et ce n’est pourtant pas le fait d’avoir festoyé la veille, au contraire !

Ainsi, les sondages ne s’étaient pas trompés, les résultats sont conformes aux prévisions, et même au-delà. On avait beau s’y attendre, c’est difficile à encaisser, ce n’est pas la marque d’une France qui va de l’avant.

La Seine-et-Marne ne fait pas exception à la règle et se classe même en tête de ce « hit-parade" en occupant la place de département le plus « frontiste » d’Ile-de-France, un label dont on se serait bien passé. A Villenoy, y compris,  « on » a pris part à la « fête » avec un électeur sur trois ayant donné sa voix au Front National ….. 

Le vote protestataire n’explique pas tout. Certes la situation générale n’est pas bonne depuis des années et des années, certes la déception est d’autant plus forte que les attentes ont été grandes, mais analyser ce nouveau coup de « semonce » par le simple désir de lancer un avertissement serait réducteur.

Les dirigeants du Front National se délectent de ce qu’il faut bien appeler leur victoire - en tête dans 6 des 13 régions -, et à leur place on en ferait autant. Ils n’hésitent plus à parler d’un vote d’adhésion.

S’il faut bien considérer que parmi les votes de dimanche, il y a toujours la part du vote sanction à l’encontre des partis classiques, nous ne pouvons faire l’économie de nous poser la question qui fâche : combien parmi les bulletins déposés dans les urnes sont des bulletins d’adhésion, de bulletins partageant les « idées » véhiculées par le Front National, dont le fondement reste des thèses racistes et xénophobes ?

Combien de ces votes, ou intègrent ou passent sous silence les soi-disant dérapages de Le Pen père, tour à tour niant l’existence des chambres à gaz, les qualifiant de « détail » de l’histoire ou osant les calembours les plus mal venus ?

La querelle avec Marine ? Une vaste fumisterie, une simple mise en scène destinée à ratisser le plus large possible : au père la mission de conserver les caciques du parti et les tenants de la ligne ultra dure (en clair au racisme affiché sans complexes), à la fille de jouer la carte du politiquement correct pour rassembler autour d’elle celles et ceux que l’image historique du parti gêne aux entournures, mais plus sur la forme que sur le fond.

Oui, ce 6 décembre 2015 est un jour noir pour la démocratie et en annonce d’autres encore plus sombres. Celles et ceux qui sont viscéralement opposés à cette dérive mais qui n’en ont pas moins contribué à ce que se renforce le FN en se détournant des urnes ont aujourd’hui une lourde responsabilité : participer au reflux de cette vague en allant voter pour des partis démocratiques.

Pour que nous puissions être fiers de notre France et ne plus avoir à dire, comme c’est le cas actuellement : « J’ai mal à ma France » !
Comments