Actualités‎ > ‎

Quand notre Communication fait Mouche .....

publié le 7 nov. 2014 à 12:44 par Villenoy Avenir

Si l'on en croit les réactions suscitées au sein même de la mairie, nos publications déplaisent fortement à la municipalité en place. 

Ainsi l'un de ses "éminents" représentants, qui se targue d'un passé de syndicaliste, vient de pointer son nez de manière méprisante, nous traitant de "roquets", endossant du même coup la tunique d'un tribun d'un autre âge. 

Ce même personnage, qui a balayé d'un revers de main notre proposition d'inclure dans le règlement intérieur une disposition permettant de donner la parole au public en fin de séance des conseils municipaux (cf notre article "Libre expression").

L'esprit du syndicaliste, basé sur le dialogue et l'écoute, qui l'animait et qu'il revendiquait jusqu'alors, aurait-il disparu depuis la prise de ses nouvelles responsabilités ? 

Nous serions enclins à l'affirmer au vu du peu d'ouverture d'esprit dont il fait preuve et de l'obscurantisme qu'il démontre à la lecture de nos publications, preuve, s'il en était besoin, qu'elles font mouche !

Ce même sire, après s'être étonné que nous ayons pu être les seuls à ne pas connaître la date du repas des anciens (cf nos articles "Une invitation sans date" et "Amateur jusque dans le détail"), est tellement sûr de son fait qu'il en est réduit, après coup, à changer de registre.

Sans le moindre scrupule, et de façon péremptoire ne laissant pas la place à la moindre discussion, il écrit en toute simplicité :" si la date n'avait pas été annoncée, c'est qu'il y avait une bonne raison" !

Ben voyons ! Il ne le dit pas, mais on peut le lire entre les lignes, pour lui :
  1. le chef a toujours raison
  2. quand le chef a tort c'est l'article 1 qui s'applique !
Rappelons d'ailleurs que ce même Monsieur, en toute méconnaissance des textes qui stipulent que le pouvoir de décision est du ressort du conseil municipal, veut empêcher tout débat en conseil municipal pour laisser ces discussions aux commissions. Une façon à peine déguisée de vouloir empêcher tout dialogue et de museler les oppositions.

Si c'est là le sens que vous avez trouvé à la démocratie, ne vous en déplaise, Monsieur l'Adjoint, ce n'est pas le nôtre, et ne comptez pas sur nous pour passer sous silence la façon méprisante dont vous traitez non seulement ceux qui n'ont pas l'heur de vous plaire mais plus généralement l'ensemble des administrés de notre commune !
Comments