Actualités‎ > ‎

Tour de passe-passe !

publié le 28 juin 2016 à 01:48 par Villenoy Avenir

Rendons-lui cette justice, le maire a réussi, lors de la réunion publique du 27 mai dernier, le tour de force de faire passer comme une lettre à la poste la hausse des impôts locaux qu’il a fait voter en la noyant dans la présentation de son programme des investissements.

Des investissements, mais lesquels ? Certes des travaux de rénovation de la salle 1871 (site de l’ex-sucrerie), mais à part ça ? Des travaux de voirie, penserez-vous, poste onéreux d’une commune dans le cadre d’entretien régulier de ses routes ?

Parlons-en ! Il suffit d’arpenter les rues de Villenoy pour remarquer que certains secteurs sont dans un état calamiteux et ont un besoin urgent de réfection. Les habitants de ces quartiers, qui paient comme tous les Villenoyens, leurs impôts se demandent si leur rue fait toujours partie de la juridiction de Villenoy ou s’ils sont considérés comme un no man’s land et devront boucher eux-mêmes les trous !

Selon le maire, pour ces travaux qui coûtent cher (nous en convenons bien volontiers), il n’y a pas de sous et il faut les étaler dans le temps (en clair, les différer, même lorsqu’ils sont urgents, jusqu’à les renvoyer aux calendes grecques ? …)

Concernant la rénovation de la salle de 1871, le maire a indiqué lors de la réunion publique que le surplus du financement au-delà des subventions se ferait sur fonds propres. 

Sauf à ce que nous soyons dans l’erreur, sa présentation n’était pas exactement celle-là en séance de conseil municipal. Il était alors indiqué qu’il serait recouru à l’emprunt.

Question : de quelle manne providentielle la commune aurait-elle bénéficié depuis ce moment pour pouvoir financer les travaux sur fonds propres alors qu’elle n’en avait pas les moyens quelques semaines plus tôt ? Nous serions curieux d’en savoir un peu plus à ce sujet, ne serait-ce que par souci de transparence ?

Autre question : si manne il y a, ne serait-il pas plus judicieux de l’utiliser pour la réalisation des travaux de voirie en souffrance et de boucler l’opération «salle 1871» par emprunt, comme cela avait initialement prévu?

Enfin, nous nous étonnons qu’avec la hausse des impôts sur la commune depuis les dernières élections, la municipalité ne soit même pas en capacité de procéder aux travaux de réfection de voirie courants, qui, dans le cadre d’une bonne gestion, devraient faire l’objet d’un programme pluriannuel pour éviter d’être aux abois et de laisser à l’abandon certaines de nos rues.
Comments