Actualités‎ > ‎

Une Attitude Désinvolte et Inqualifiable !

publié le 1 déc. 2014 à 22:57 par Villenoy Avenir
Une incivilité de plus à déplorer récemment à Villenoy, rue Bouchard : des jeunes, sans doute "désoeuvrés" se sont "amusés", armés d'un pistolet à plomb et ont mitraillé tout ce qui était autour d'eux : voitures en stationnement, façades des maisons, panneaux de signalisation ! Encore heureux qu'apparemment il n'y ait pas eu de passants, on peut imaginer qu'ils auraient fait des cibles de choix ....

Une résidente s'est rendue en mairie pour signaler ces faits. Quelle n'a pas été sa surprise de s'entendre dire qu' "un dépôt de plainte, ça ne sert à rien" !

Faut-il rappeler qu'au contraire, il était du devoir de la mairie de prendre en charge cette question de sécurité sur la voie publique et de mettre en oeuvre la conduite à tenir en ce cas, en rapport avec les autorités policières et juridiques habilitées ?

Nous ne pouvons admettre cette attitude désinvolte et inqualifiable, qui nous a conduit à intervenir auprès du Maire à qui nous avons fait parvenir la lettre suivante :

"Monsieur le Maire,

Un fait divers banal, comme tout un chacun est appelé à découvrir dans les colonnes de son quotidien, s'est déroulé le samedi 22 novembre en fin de soirée dans le secteur de la rue Bouchard : des voitures en stationnement, les façades des maisons, les panneaux de signalisation ont été les cibles de jeunes du quartier armés d'un pistolet à plomb. Vous comprendrez "l'émotion" des riverains !

En effet, même si ces tirs, à notre connaissance, n'ont occasionné que peu de dégâts, si ce n'est des impacts sur les panneaux de signalisation, il n'en demeure pas moins qu'ils auraient pu être lourds de conséquence si des blessures corporelles avaient été occasionnées.

C'est l'une des raisons qui a conduit une résidente à se rendre en mairie dès le lundi pour signaler ces faits, considérant à juste titre qu'une information se devait d'être transmise au commissariat de Meaux par vos services à défaut d'un dépôt de plainte, et qu'une intervention auprès des jeunes impliqués pourrait s'avérer judicieuse.

A son grand étonnement, elle s'est entendu dire qu' "un dépôt de plainte ne sert à rien". Venant de la part d'un adjoint et du policier municipal, une telle réponse a de quoi surprendre, d'autant que rien dans leur attitude n'a laissé présager qu'une suite serait donnée à cette affaire.

Cette manière de faire (ou plutôt de ne pas faire) va à l'encontre de l'intérêt général. Inciter à ne pas déposer plainte, à ne pas informer les services ayant en charge la sécurité de nos concitoyens, va à l'encontre du but recherché, savoir prévenir et lutter contre les actes de violence sous toutes leurs formes mettant en péril notre société. Ainsi les statistiques s'en trouvent faussées, et il est alors aisé de clamer haut et fort que tout va bien dans le meilleur des mondes sur le territoire communal ....

Il aurait été plus judicieux dans cette affaire de faire preuve de beaucoup plus de diplomatie, de montrer un peu plus d'intérêt et d'écoute aux propos rapportés, mais aussi d'avancer les mesures qui s'imposaient, pouvant être entreprises dans les jours suivants.

Quelles auraient été les orientations à formuler et à conduire ? Hormis les remarques déjà énumérées ci-dessus, il vous appartiendrait alors :
  • qu'une enquête de voisinage soit menée par le policier municipal dûment habilité pour effectuer cette mission, afin de recueillir toutes informations concourant à l'identification des auteurs et à définir le déroulement exact des incidents,
  • que les témoins puissent être recensés et leur identité relevée,
  • qu'en cas de dégâts constatés, les victimes soient invitées à déposer plainte,
  • que le compte-rendu rédigé par l'agent consignateur soit remis par vos soins à Monsieur le Commissaire Divisionnaire, chef de la sécurité publique de Meaux, l'invitant à la poursuite de l'enquête.
Vous avez également, au vu de la convention passée auprès du Procureur de la République près du TGI de Meaux, la possibilité, après accord du Parquet, de convoquer en mairie les parents des jeunes ayant causé le trouble à l'ordre public, s'ils sont mineurs, afin de leur formuler un rappel à la loi."

En espérant que la mairie ne se contentera pas de rester les bras ballants dans cette affaire, comme dans d'autres domaines !
Comments