Actualités


LE MEPRIS, ÇA SUFFIT !

publié le 5 mai 2018 à 23:44 par Villenoy Avenir


Est-ce le pouvoir qui l’a changé ? Le pouvoir a-t-il révélé sa nature ? Quoi qu’il en soit, les Villenoyens ont le triste privilège de découvrir tous les jours le visage d’un maire pourtant réputé bien « tranquille » ….

Ainsi, après avoir viré comme des malpropres deux de ses adjoints parmi les plus fidèles, soutiens de la première heure et à qui il doit une partie de sa victoire, il réussit le tour de force de se mettre à dos le personnel communal, qui, une première dans toute l’histoire de notre ville, s’est mis en grève le jeudi 3 mai au cri de  « Le mépris, ça suffit ! »

A lui tout seul ce slogan traduit toute la détresse d’un personnel qui n’en peut plus d’être mal traité et considéré comme moins que rien. Le maire sourd et aveugle à la fois se désintéressant complètement des responsabilités qui lui incombent et laissant son « directeur de cabinet » mener à sa guise ce qui relève des ressources humaines.

Cette grève d’avertissement va-t-elle provoquer chez lui un électrochoc salutaire et lui faire comprendre qu’il fait fausse route ? Qu’il est temps pour la mairie de travailler avec son personnel et non contre lui ? Que la politique consistant à caresser dans le sens du poil une petite minorité en laissant sur le bord de la route la grande majorité est forcément explosive ?

L’évènement est en tous les cas suffisamment exceptionnel pour qu’il fasse la une de la presse régionale. Elle en a fait l’information en amont (« La Marne ») et a couvert le mouvement de grève en dépêchant des reporters sur place (« La Marne », mais aussi « Le Parisien »).

Nous ne pouvions pas le croire, mais ils l’ont fait, ils l’ont osé : le maire et ses sbires, sans vergogne, et toute honte bue, n’ont pas hésité à réduire l’action du personnel municipal excédé par le manque de considération, à une simple manipulation, qui n’a strictement rien à voir avec ce ras-le-bol.

Honte à eux ! Quelle bassesse ! En n’ayant pas conscience de ce qui se passe dans leur mairie, en déniant le malaise profond qu’ils ont provoqué dans les rangs du personnel, ils prennent la responsabilité de jeter de l’huile sur le feu et de mettre le feu aux poudres.

Ce faisant, ils se déconsidèrent définitivement, tant aux yeux de leurs employés en lutte pour leur dignité qu’à ceux des Villenoyens et des Villenoyennes qui sont choqués pas un tel manque de considération.

Monsieur le Maire, il est encore temps de vous ressaisir ! Comme le dit votre personnel : « Le mépris, ça suffit » ! Ecoutez ses doléances, regardez ses critiques, ses propositions et ses demandes. 

Bref, faîtes votre devoir pour que le calme et la sérénité, que vous avez mis à mal, retrouvent la place qu’ils n’auraient jamais dû quitter dans votre mairie !

NOUVELLE COLLECTE des ENCOMBRANTS

publié le 1 mai 2018 à 22:32 par Villenoy Avenir


Avec la diffusion de « Villenoy, Notre ville », vous avez trouvé le formulaire qu’il nous est demandé de remplir dans le cadre des nouvelles modalités de ramassage des encombrants. Le moins qu’on puisse dire, pas simple désormais de se débarrasser de ses ordures extra-
ménagères. On voudrait favoriser la prolifération des décharges sauvages, qu’on ne s’y prendrait pas différemment !

Un habitant de la commune nous autorise à publier sur notre site la lettre qu’il a adressée à la mairie. Elle résume parfaitement toutes les interrogations suscitées par ce coup de « génie » venu à l’esprit d’on ne sait qui. Vous la trouverez in extenso ci-dessous :

“Je vous écris à propos de la nouvelle procédure de collecte des encombrants. A mes yeux, une nouvelle mesure doit être synonyme de progrès. Je n’en vois aucun, bien au contraire. Je ne vois qu’une procédure fastidieuse, compliquée, chronophage et injuste. Je ne suis pas surpris outre-mesure, certes, mais, cette fois, on ne frôle plus le ridicule, on le dépasse allègrement.

Là, où, auparavant, quelques dates étaient clairement définies à l’avance pour collecter les encombrants, les administrés se retrouvent désormais avec des formulaires à remplir. Il faut prendre connaissance des semaines paires, prendre son numéro de carte Smitom,
aller sur votre site, trouver le formulaire, l’imprimer (un peu plus de papier et d’encre gaspillés, aux frais de l’administré), le remplir, le renvoyer, attendre fébrilement de savoir si nous faisons partie des heureux élus pour le prochain ramassage, se réveiller aux aurores pour placer les encombrants devant chez nous, et comble du comble, avoir prévenu notre employeur qu’on prendrait une journée de repos pour assister à la collecte d’un lecteur de DVD ou d’un vieux meuble. A ce propos, mon épouse et moi travaillons le mercredi, tout comme la majorité des Villenoyens. Nous devrions donc sacrifier une journée de repos ? Et ne me répondez pas qu’une personne peut nous représenter, je ne vais pas demander à une connaissance de se lever tôt et de passer une demi-journée devant chez moi à patienter ! Soyons sérieux !

Le terme injuste peut également s’appliquer à cette procédure. Je pense par exemple aux personnes âgées, qui n’ont que faire de la carte Smitom, qui ne maîtrise pas l’outil informatique, ou qui ne possède pas d’ordinateur et /ou internet. Pour eux, il faudra se rendre à la mairie ou demander à un tiers d’effectuer les démarches. Là encore, pour le progrès et la simplification, on repassera.

Pour résumer, cette mesure irréfléchie, à l’encontre du bons sens, collerait parfaitement avec l’expression « marcher sur la tête ». C’est une usine à gaz que vous nous proposez, pas un progrès. La sagesse est de réfléchir avant d’agir, et non l’inverse. Le brillant cerveau à l’origine de cette procédure doit en manquer cruellement. Après « l’affaire » de la carte Smitom exigée pour les sacs de déchets verts (puis, étrangement, seulement « recommandée » quelques jours plus tard), nous voici donc à nouveau mis à contribution pour gérer les éclairs de génie de vos grands penseurs. (Ne vous méprenez pas, ceci est une antiphrase).

Plus sérieusement, le résultat, je le crains, sera une recrudescence des dépôts sauvages. Ce qui constituerait une honte à l’heure où une prise de conscience écologique est vitale. J’en viens à mes questions, si tant est que vous répondiez aux mails : cette mesure est-elle ordonnée par la CAPM ? Allez-vous, coûte que coûte, maintenir cette procédure ubuesque ? Peut-on espérer que vous reveniez sur cette décision ? La présence de l’administré lors de la collecte pourrait-elle être facultative ?"

Nous attendons, avec un certain intérêt pour ne pas dire un intérêt certain, les réponses qui seront données (ou pas) à ce Villenoyen en qui plus d’un d’entre nous se retrouve à coup sûr !

A ARMES EGALES ???

publié le 1 mai 2018 à 00:36 par Villenoy Avenir


Il ne vous aura pas échappé que dans la page consacrée à la démocratie locale du premier numéro de « Villenoy Notre Ville », le groupe de la majorité répond à l’article des groupes d’opposition et prend la défense du Maire, qui n’aurait nulle intention de censurer les écrits de la « minorité » municipale. Et de balayer d’un revers de main ce qui ne serait que procès d’intention !

Vous êtes donc naturellement menés à penser que les différents textes remis à la municipalité sont communiqués à chacune des expressions avant publication, ce qui permet alors de se répondre les uns aux autres.

Détrompez-vous, que nenni, rien de tel ! Seulement le groupe majoritaire est juge et partie, puisqu’il est en charge des affaires de la mairie. Et peu lui chaut qu’il s’arroge le droit d’outrepasser les règles déontologiques qui voudraient que tout un chacun, minorité ou majorité, soit traité de la même façon, soit placé sur un pied d’égalité, bref qu’il n’y ait pas distorsion. Pas très fair-play, tout ça, et pour tout dire carrément pas très honnête.

Vous avez dit que nous étions à « armes » égales ? Dans ce cas, comme le disait le regretté Coluche, tout le monde est « égaux », certains un peu plus que d’autres …..

LA VERITE SI JE MENS ….

publié le 29 avr. 2018 à 21:32 par Villenoy Avenir

Dans la parution municipale « Villenoy Notre Ville », n°1, le groupe de la majorité nous casse du sucre sur le dos en disant que les groupes d’opposition ont voté contre la dotation allouée au CCAS et les subventions aux associations.

En « omettant » bien sûr de préciser que ces postes faisaient partie intégrante du budget, et que c’est contre ce budget que nous avons voté, « omission », ça va de soi, à « l’insu du plein gré » de ses auteurs et en toute innocence ……

Ceux qui nous connaissent savent très bien notre attachement aux associations et à l’action sociale, et ne se seront pas laissés berner par cette ficelle trop grosse pour être vraie.

Alors, oui, l’opposition a voté contre le budget. D’abord et en premier lieu parce qu’il n’a donné lieu à aucune concertation, malgré la commission des finances. Comme à son habitude, la majorité municipale est adepte du « circulez, y’a rien à voir ». Au passage, notons que le conseil municipal du 28 mars s’est déroulé dans une ambiance délétère, le maire n’ayant nulle envie de répondre aux sollicitations des groupes de l’opposition, ou ne répondant qu’en biaisant.

Ensuite, comment aurait-il été possible de donner un avis favorable à la subvention du CCAS quand vous apprenez que 75 % de son budget sont consacrés aux salaires et charges de l’employée en charge du CCAS (sommes n’apparaissant pas ainsi par ce tour de passe-passe dans les frais de personnel de la commune, qui n’arrêtent pourtant pas d’augmenter depuis 2015). Que reste-t- il alors pour « l’action » sociale ? La portion congrue …. De surcroît, il n’est donné aucun détail sur ces 25 %.

Quant aux subventions des associations, nous avons appris en séance même du conseil municipal que les propositions faites par la commission, n’étaient pas celles qui nous étaient présentées ! Vous parlez d’une concertation ? Ou bien d’une position autoritaire du Maire et de ses acolytes qui n’ont même pas jugé nécessaire d’informer la commission des changements qu’ils apportaient ?

Mais bien sûr, ne voyez aucune malignité dans ces « oublis » de la majorité quand elle rapporte les votes intervenus à l’occasion du budget 2018. Comme on dit, mentez, mentez (ne serait-ce que par « omission »), il en restera toujours quelque chose … Une autre façon de dire aussi « la vérité si je mens » …..

Il n’y a rien à débattre….

publié le 27 avr. 2018 à 22:51 par Villenoy Avenir


Nous vous proposons un nouvel article cosigné par les trois groupes d’opposition municipale « Villenoy en marche vers son avenir », « Ensemble pour Villenoy » et « Ethique et Liberté d’Expression » 

Il n’y a rien à débattre, telle est la formule que nous pouvons retenir lorsque nous sortons des très rares commissions car ce n’est pas qu’une simple redondance que nous exprimons là tellement elles sont très mais très espacées dans le temps. Pour n’en citer qu’une, la commission « vie citoyenne », deux exemplaires en mi-mandat, un record !!!

Quant aux contenus, nous pouvions  en attendre autre chose tant il y a matière à débattre. Si nous devions nous en référer à la dernière en date, nous allons devoir attendre la prochaine pour avoir à nos tables un menu beaucoup plus consistant que ceux présentés jusqu’alors, nous restons sur notre faim à chaque invitation.

Si nous avons été effectivement « gavés » d’un défilement de chiffres, statistiques (ils sont les rois dans ce domaine), où la verbalisation aux stationnements est la pierre angulaire de l’édifice, même si ce secteur ne peut être négligé il y a bien d’autres axes à explorer : le non-respect des panneaux de signalisation « Stop » - feux tricolores – vitesse …. Ah ! Il nous a été reproché d’avoir une vision « sécuritaire excessive».  L’argument avancé : nous mettrions notre policier municipal en danger, en le plaçant dans ces situations !  Effectivement, nous pouvons aisément y souscrire, mais rien ne lui interdit de participer activement à des actions de ce type programmées par l’autorité locale auprès des effectifs la police intercommunale.

Comme nous venons de le souligner la consistance des dossiers inscrits à l’ordre du jour est bien maigre. Quelques pistes  avancées et visiblement abordées par les « hautes instances » avant même leur présentation en commission. C’est la marque de fabrique de la maison.   Logiquement le bureau municipal étudie et avalise les propositions émises par les travaux des commissions. Bref, ce qui s’appelle « mettre la charrue avant les bœufs ».

Mais faudrait-il aussi que chaque chef de file suggère et ne pas attendre que l’opposition avance des pions en leur lieu et place. Nous devons  sans doute avoir une vision erronée du fonctionnement de la « machine » municipale …. La démocratie participative vous en faites quoi,  si tout est bouclé d’avance ?.....

Le comble du comble !! Un dossier de la CAPM ayant trait à la Stratégie Territoriale de Sécurité et de  Prévention de la Délinquance comportant des éléments essentiels quant à la mise en œuvre des actions à conduire au cours des prochaines années n’avait  visiblement pas été étudié  par notre présentateur, alors que l’un de nos représentants, lui, l’avait parcouru de bout en bout !  Déstabilisant !! Non ?...La courroie de transmission a tendance à se gripper à en croire la réaction de notre ministre des finances présent qui le découvrait en même temps que lui ; ça fait tâche…

Voici en quelques phrases malvenues et désobligeantes que nous fermons cette page qui n’a eu pour seul but d’éclairer vos lanternes sur le déroulement des commissions.

Le Personnel frappé par un virus

publié le 14 avr. 2018 à 23:18 par Villenoy Avenir   [ mis à jour : 17 avr. 2018 à 22:21 ]


Nous tenons à faire savoir à nos lectrices et à nos lecteurs que l’ensemble des groupes d’opposition s’associe à l’article ci-après que nous publions sur notre site.

C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons eu connaissance qu’un mal jusqu’alors inconnu sur notre commune frappait, et ceci depuis déjà de longs mois, nos agents communaux, à savoir la déprime. Les mauvaises langues ne manqueront pas d’en sourire voire même d’user de propos malveillants car c’est bien connu « tous des faignants » ces fonctionnaires.

Pour notre part, cette situation ne peut que nous interpeller, car si  les arrêts maladie ne manquent pas d’exaspérer leur hiérarchie, un nouveau vecteur apparaît dans le paysage des services,  le changement de « pâturage » : la mutation.

Ce  phénomène n’est pas lié à un ou deux cas isolés, il touche tous les secteurs stratégiques, des exécutants aux cadres, et va crescendo depuis ce début d’année. Pourquoi cette léthargie ambiante conduisant à l’échappatoire ? Le manque de considération, la pression ambiante supportée, la mise en place du RIFSEEP, les privilèges accordés à quelques éléments proches du pouvoir en sont sans conteste les fossoyeurs. 

Comment peut-on avoir du cœur à l’ouvrage dans de telles conditions ? Visiblement, leur patron, qui découvre bien tardivement le management, n’a jusqu’alors pas pris conscience du mal qui ronge son personnel. A l’inverse, des mesures dévastatrices, de rétorsion, sont dictées par son bras droit et entérinées par lui-même, telles que les mises sur la touche ou au placard pour les plus réfractaires aux ordres. Alors ne nous étonnons pas que l’arrivée du printemps pousse certains d’entre eux à aller vers d’autres cieux plus cléments …..  

Le maire ne manquera pas de nous renvoyer, une fois de plus, à nos chères études, prétextant que les élus de la « minorité », car tel est désormais le qualificatif employé  à notre encontre, n’ont pas à s’ingérer dans la gestion du personnel. Nous ne pouvons que lui rétorquer que les menaces ou tout autre arsenal d’intimidation ne pourront nous bâillonner et que nous ne manquerons aucune occasion pour le lui démontrer. 

Nous avons une perception bien différente en matière de communication et d’information à la population. Il nous paraît primordial que les dysfonctionnements, les manquements aux règles établies puissent être portés à la connaissance de nos administrés, n’en déplaise à l’équipe municipale !

UNE FIN de « REGNE » PATHETIQUE !

publié le 19 mars 2018 à 23:42 par Villenoy Avenir

Nous tenons à faire savoir à nos lectrices et à nos lecteurs que l’ensemble des groupes d’opposition s’associe à l’article ci-après que nous publions sur notre site.

UNE FIN de « REGNE » PATHETIQUE !

Quelle mouche a donc bien pu piquer le maire ? Est-il tombé sous la coupe de nous ne savons  quel gourou, dévoué corps et âme au point d’en avoir perdu tout discernement ? La question, certes brutale, peut se poser.

D’abord, quel malin esprit a pu le guider quand il s’est mis en tête de guerroyer contre deux de ses adjoints parmi les plus anciens et fidèles soutiens, pour ce qu’il faut bien appeler une broutille, un désaccord et un vote contre une proposition mise à l’ordre du jour du conseil par le maire, consistant en une énième augmentation de la fiscalité locale ?

Cela méritait-il « l’excommunication » qu’il leur a lancée en leur retirant leur délégation puis en faisant voter par la plus grande partie de son groupe la fin de leur mandat de maire-adjoint ? Décidément, dans certains milieux, il ne fait pas bon d’être amis de trente ans ….. C’est qui le « chef », j’veux voir qu’une tête et n’entendre personne « persifler », telle est la devise de notre nouveau « monarque » de Villenoy !

Là ne s’arrête pas son délire. Agacé que les trois groupes d’opposition (aux deux groupes « historiques » issus des élections de 2014, s’ajoute désormais un 3ème groupe d’opposition formé des deux « punis » mais aussi de Philippe Decrulle qui ne se reconnaît pas dans de telles pratiques), agacé donc que les groupes d’opposition puissent l’interpeller sur l’usage des véhicules de fonction, voilà qu’il nous fustige et nous écrit qu’il ne répondra plus à nos questions relevant de sa seule autorité, s’agissant à ses yeux d’une simple question de gestion du personnel, chasse gardée du sieur !

Ben voyons ! La belle affaire ! Ainsi, selon lui, que des conseillers municipaux s’intéressent à un véhicule municipal, à son utilisation, à son amortissement, à son usure, à l’assurance, voire aux amendes qui le concernent, serait hors sujet et hors de leurs compétences ? Ne serait-il pas dans notre rôle d’exercer un contrôle de l’utilisation des deniers communaux ? Ce « circulez, y’a rien à voir » est choquant et totalement irrespectueux des instances représentatives de la commune. Nous n’allons certainement pas nous laisser intimider par cet autoritarisme d’un petit roitelet se prenant certainement pour le Roi Soleil, ne se rendant même pas compte qu’il est au crépuscule de sa « gloire » …..

Autre domaine, les relations tendues entre la mairie et le corps enseignant, une première à Villenoy ! Ceci, sous la houlette du « directeur de cabinet », nouvel homme fort du maire. Ce que traduit la faible représentativité des écoles de Villenoy au prochain festival de théâtre scolaire, alors qu’elles y ont toujours été majoritaires …. Sans doute, un simple « épiphénomène », pas de quoi mettre la puce à l’oreille du maire, bardé de certitudes …..    

Décidément, une fin de « règne » bien pathétique …..    

JE N’AI PLUS d’OREILLE pour VOUS ENTENDRE !

publié le 18 mars 2018 à 23:35 par Villenoy Avenir

L’ensemble des élus de l’opposition a envoyé au maire le courrier ci-dessous pour avoir toutes informations sur l’utilisation des véhicules de service :

« Monsieur Le Maire,

Vous ne serez  pas surpris que nous revenions sur une question qui nous turlupine et que nous avions abordée lors du dernier conseil municipal, à savoir les affectations des véhicules aux personnels et de leurs usages, les réponses ne nous ont pas convaincus.

Bien que vous soyez attaché à nous brosser les différences entre véhicules de service et de fonction, vous avez occulté l’essentiel, à savoir quelles sont les critères d’attribution et leurs limites dans le temps.

Qu’un véhicule puisse être affecté plus particulièrement au responsable des services techniques dans le cadre de son activité  professionnelle, nous n’y formulons aucune objection, c’est du bon sens. Il en est de même pour l’agent d’astreinte ou tout autre  devant assurer un déplacement occasionnel.

Nous avons une  autre approche pour le véhicule attribué à votre protégé et responsable-multi-fonctions  (directeur de cabinet- directeur des affaires périscolaires - faisant fonction de directeur général de service -, ce n’est plus une carte de visite, c’est un journal), auprès duquel vous n’avez pas manqué de  souligner toute votre reconnaissance et son abnégation, ses qualités professionnelles.

Cependant, nous avons des difficultés à partager vos réactions d’autant que nous avons bien du mal à concevoir qu’il puisse bénéficier de « privilèges » non négligeables tels que : conservation dudit véhicule hors service - week-end compris - et approvisionnement en  carburant ( cherchez la station service locale – une rumeur sans doute), que nous qualifions d’avantages en nature devant être soumis à déclaration.

Surtout ne vous justifiez pas par une pirouette, en nous faisant avaler qu’il peut être appelé à regagner son poste à tout instant. Il est vrai, il a  tant de qualités qu’il nous faille encore l’entrevoir comme le personnage indispensable, incontournable, ça en deviendrait inconvenant.     

La cerise sur le gâteau. Selon nos sources, et non de rumeurs, puisque tout laisse à penser que les faits puissent s’avérer bien réels comment expliquer  qu’un de vos véhicules   ait été flashé par les forces de l’ordre le samedi 16 décembre 2017 sur l’A 5 à hauteur de Nogent-sur-Seine pour dépassement de la vitesse autorisée.   Un ordre de mission sans doute délivré par vous-même ? La remise du ballon pour la rencontre du jour au club de football professionnel régional ou toute autre affaire urgente ? Permettez-nous d’en douter.

Reste à connaître  votre version et votre position sur ce dernier point tout, en  rappelant que vous nous avez confirmé que les véhicules ne pouvaient pas être utilisés à titre personnel et privé

 Mais nous pouvons  aussi imaginer que cet épisode n’ait pu être porté à votre connaissance ce qui pourrait être perçu comme une atteinte à votre autorité.  Quelle que soit la version, une sanction (blâme-avertissement) se doit d’être prononcée à l’encontre de cet agent ;  qu’en est-il à ce jour ? Qu’en pense le « directeur » ?

Dernier point : qui s’est acquitté de l’amende ? Question  claire, réponse sans détournement, SVP.

Dans l’attente, recevez, Monsieur Le Maire, nos respectueuses salutations.

Les Elus de l’Opposition »



Quelle outrecuidance de notre part ! Le maire, agacé par nos questions, s’est fendu d’une lettre de non recevoir, circulez, y’a rien à voir, ce sont mes « oignons », allez-vous faire « voir », telle est la réponse du maire. Nous vous laissons juge de cette attitude méprisante et irrespectueuse à l’égard de l’opposition, nous ne manquerons pas d’y revenir prochainement.

« Mesdames les élues de la minorité, Messieurs les élus de la minorité,

Pour faire suite à votre courrier daté du mercredi 14 février 2018 par lequel vous me demandez de revenir sur le sujet relatif à l'octroi et à l'utilisation des véhicules des services de la ville ; je vous propose de vous référer au dossier du Conseil Municipal du mercredi 27 septembre 2Ol7 et à la délibération concernant le règlement intérieur d'utilisation des véhicules de service que nous avions tous approuvé sauf une abstention.

Par ailleurs et s'agissant des autres questions visant directement un agent, je tiens à vous informer que je ne répondrai dorénavant plus à aucune de vos interrogations ou attaques envers un collaborateur de la commune.

Je pense avoir longuement répondu à vos questions sur ce sujet lors du dernier Conseil Municipal. Ainsi, je vous invite dorénavant à vous consacrer pleinement sur les dossiers d'intérêt général de Villenoy et ne pas vous arc-bouter sur la gestion du personnel qui est exclusivement de ma compétence.

Veuillez agréer, l'expression de ma considération distinguée.

Le Maire, Michel Venries »

Courrier de Michelle Desessard suite à son "éviction"

publié le 17 mars 2018 à 23:56 par Villenoy Avenir


Au dernier conseil municipal du 7 février, a été scellé le « sort » des deux « bannis », Michelle Desessard et Gilbert Lamotte.
Michelle Desessard a voulu mettre par écrit ce qu’elle ressent après tant d’années de bons et loyaux services. Elle nous autorise à publier son courrier sur notre site. Vous le trouverez ci-dessous. Nous nous sommes déjà exprimés sur « l’éviction » des deux « contestataires », et ne rajouteront pas de nouveau commentaire à cet écrit, mais nous n’en pensons pas moins et aurons bien sûr l’occasion d’y revenir.


       Quatre ans après … 

Il est temps de s’interroger  sur le bilan de ces dernières années.

C’est hélas, surtout, la fin d’une certaine conception d’une vie de la commune, celle que des Villenoyens  avaient  imaginée  préserver en 2014, que  Michel VENRIES  avait  PROMIS de préserver.

Hélas, les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent : certains engagés sur la  liste avec M. ont été trahis de cette façon dans leurs convictions, leurs attendus, leurs choix et  regrettent, certainement, d’avoir par la même occasion en quelque sorte trahi les administrés qui leur  avaient fait confiance par leur vote.

Il suffit de relire les diverses publications de cette  liste lors de la campagne électorale, il suffit de relire certaines  phrases c’est édifiant ! Quelques phrases sont  de vraies perles !!

« Je serai le garant d’une gestion transparente …. Tout en développant le dialogue nécessaire à toute démocratie »
« Nous nous engageons à visiter régulièrement les différents quartiers de la commune. Un élu référent identifié auquel vous pourrez vous adresser sera nommé par quartier » 
                                                                                               Signé : Michel Venries

Le collectif de citoyens qui s’était constitué pour soutenir M. Venries doit être   particulièrement déçu. Ils avaient écrit : 

- « Homme de dialogue, d’ouverture, à l’écoute des autres : adepte de la concertation la plus large avec tous les acteurs  de la vie communale : les autres élus, personnel communal … »
Quel dialogue ? Avec qui ? Quelle écoute ?  Quelle concertation : avec 2 ou 3 privilégiés (le directeur de cabinet et l’adjoint aux finances) ? Avec  le personnel communal   qui n’a pas le droit de demander un RV au Maire personnellement ?
- « Homme de terrain …, il n’hésitera pas à quitter son bureau pour aller au contact des administrés, apprécier les problèmes … » Les Villenoyens  se  demandent souvent « mais il est où, le Maire ? »
 
Pour le programme électoral, suite à un questionnaire  distribué  lors de la campagne :

   Les souhaits exprimés par les Villenoyens  étaient :
- arrêt des projets immobiliers  ( 87,1 % refusent le développement de nouveaux projets immobiliers)

Les  promesses :
- le coup d’arrêt à une urbanisation à outrance   :
  C’est la construction d’un groupe scolaire de 20 classes et d’un centre de loisirs à proximité des silos ? Les futurs élèves ne connaîtront pas le magnifique terrain de jeux qu’est le parc de Brassens. Mais qu’importe pour nos édiles, du moment que l’argent rentre dans les caisses …
 A-t-on étudié un autre projet ? Non 
 Qu’adviendra-t-il des écoles existantes et de Brassens ? A cette question précise, pas de réponse claire et nette,  des constructions d’immeubles qui ont été évoquées mais bien sûr sans le dire explicitement. C’est une constante dans ce conseil municipal, rien n’est dit, tout est suggéré. 

- information et écoute des administrés : 76% jugent utiles les réunions de quartiers 

Les  promesses :   
     - ouvrir les commissions municipales 
     - visite et réunions de quartiers 
    - élu référent et identifié de quartier 
    - avant travaux importants : concertation et enquête de proximité
Et :
     - Permanence du Maire avec ou sans RDV
     - Disponibilité et implication des élus  (c’est vrai que leur nombre n’était pas précisé : 3 ou 4 ?)
      - Visite régulière du Maire dans les quartiers 

RIEN DE TOUT CELA et pourtant :
C’était  LE  PROGRAMME  proposé par M. Venries !
  
N’oublions pas les écoles  qui depuis de nombreuses  années étaient le fer de lance de Villenoy, qui  étaient une  priorité où une relation de confiance avait donné lieu à des projets et des réalisations enviés par les communes aux alentours. Hélas, cette école qui ne compte plus si ce n’est en terme comptable  et tant pis pour les enseignants qui, on le sait, ne pensent qu’aux vacances et sont des empêcheurs de tourner en rond. D’ailleurs Mme Zarjevski, adjointe à l’enfance jeunesse qui s’implique beaucoup dans toutes les manifestations (sic) a bien dit lors du dernier Conseil Municipal  qu’il n’y avait pas de problèmes, que des ragots …
   
Pour mémoire :

- 1 seule classe pour le théâtre scolaire (contre 4, 5 les années passées)                                                          
        - Aucune nouvelle de la classe de neige qui vient de rentrer (contre des photos, textes etc sur le site de la Mairie les autres années)              - Des restrictions mesquines sur  le  papier utilisé dans les classes ,des exigences de communication de  projets pédagogiques ( la pédagogie est du ressort de l’éducation , à mon sens )
-        Aucun enseignant (hormis les directeurs) aux vœux du Maire                                                                        
-        Suppression du repas convivial qui se faisait en début d’année scolaire  avec les élus (en raison du refus de participation des profs)   
Etc…etc….etc….. des ragots, on vous dit !!      
                                                                                                                               
      En résumé, la relation de confiance (décidément ce mot revient beaucoup) entre la Mairie et l’Ecole est rompue.

MAIS SILENCE DANS LES RANGS : TOUT VA BIEN !! …..

QUE RESTE-T-IL  DE CES 4 ANS ?
    * des élus qui se congratulent entre eux de leurs «  résultats, »
    *  du personnel qui est en souffrance  sauf bien sûr les directeurs de pôle qui  s’octroient des  avantages sans état d’âme
      * et un Maire qui ne contrôle plus rien mais qui reste persuadé du contraire.

M. Venries a fait son choix. Malheureusement  il ne voit pas la désaffection de nombreux Villenoyens à son égard  quand ce n’est pas de la colère voire du mépris.

Le Villenoy d’avant est bien mort, c’est dans l’air du temps et surtout dans la tête de ceux  actuellement chargés de l’administration de la commune. Ce n’est  pas  le choix des jeunes qui sont revenus vivre à Villenoy et qui espéraient retrouver la convivialité, le partage, bref une certaine joie de vivre et d’enthousiasme  qui caractérisaient notre village.

Nous croyons  que 2020 apportera bien des surprises et  nous pensons que la future équipe municipale sera une VRAIE EQUIPE  QUI DIRIGERA VERITABLEMENT LA COMMUNE  POUR LE BIEN DE TOUS  ET QUI RESPECTERA SES ENGAGEMENTS 

Michelle Desessard

Quand la résignation l’emporte sur le combat

publié le 14 févr. 2018 à 08:35 par Villenoy Avenir

Lors de la dernière réunion du Conseil Municipal du mercredi 7 février, les élus des deux groupes de l’opposition ont été amenés à s’interroger sur le manque d’information sur le dossier TERZEO de la part de la municipalité et une fois encore absent à l’ordre du jour.   

En réponse, le maire leur a rétorqué qu’il n’en avait à ce jour aucune  à leur communiquer si ce n’est que la préfecture avait demandé un report de 6 mois pour complément d’enquête. Merci pour ce renseignement mais nous en avions eu aussi connaissance. 

Il souligne avoir participé récemment à une réunion organisée par la Région  au cours de laquelle il avait été relaté que notre belle région avait un manque criant de matières premières et que par conséquent il fallait se résoudre à accepter de voir fleurir des sites de traitement de terres polluées et autres déchets toxiques. 

Nos incisifs représentants n’ont pas pour leur part manqué de lui faire observer qu’à quelques encablures  de notre territoire, des communes ne se résignent pas à accepter ce schéma catastrophique et ne manquent pas de le marteler. A l’inverse, notre chef de file ne s’empresse-t-il pas à ordonner le retrait de tous types d’affichage hostiles à Terzeo sur nos terres (le territoire) signe très distinctif de son engagement à nos côtés ...

Il a été également relevé que notre Député, J.F PARIGI s’est également  déclaré opposé au projet et qu’il solliciterait une entrevue auprès du ministre de l’environnement en cas d’agrémentation. Visiblement ce positionnement  n’a pas soulevé un soutien inconditionnel au sein du groupe de la majorité d’autant plus que leur « leader »  avait en la circonstance montré  plus d’indifférence et de détachement qu’un réel intérêt à  cette cause.  En matière de médiocrité on atteint les sommets !!!

Nous n’osons pas une seule seconde imaginer quel sera l’impact auprès de nos concitoyens en découvrant comme si c’était en vérité une découverte que notre « bon maire » accepte sans combattre, par fatalisme  l’implantation sur la commune, aux abords immédiats des habitations une infrastructure de ce type.

 Il ne saurait nous tromper  quant on sait son manque d’implication dès l’ouverture des hostilités et son revirement de dernière minute. Nous vous  laissons seul juge…..

1-10 of 145