Actualités‎ > ‎

NOTRE TETE de LISTE, ANDRE ESMERY, QUITTE VILLENOY

publié le 25 sept. 2014 à 23:12 par Villenoy Avenir


En prenant la tête d'une liste regroupant huit adjoints et conseillers municipaux sortants, témoins s'il en est du travail effectué et des compétences de "l'individu", et de nouveaux candidats motivés, André Esmery prenait un risque personnel rare (ils n'étaient qu'une toute petite poignée dans toute la Seine-et-Marne), qu'aucune tête de liste alors engagée ne prenait :

  • en cas de succès, ipso facto, il renonçait à son poste de DGS (Directeur Général des Services) pour devenir le nouveau maire et renonçait à son salaire pour les seules indemnités de maire. Une incidence financière non négligeable .....  D'aucuns, que nous qualifierons par euphémisme de non favorables à sa candidature, n'ayant rien compris à son attachement à la commune et à sa volonté de poursuivre l'action menée, ne se sont pas privés de vouloir instiller le doute auprès des Villenoyens et ont colporté tous les ragots possibles et imaginables à son sujet.  Les dénigrements, les contrevérités et autres calomnies qui l'ont naturellement affecté, ne l'avaient cependant pas  conduit à renoncer là où d'autres auraient jeté le manche après la cognée. Par ailleurs sa conception de la politique non politicienne l'avait conduit à refuser d'entrer dans le piège de la polémique qui lui était tendu, ce qui est tout à son honneur.
  • en cas d'insuccès, il perdait de même son poste de DGS, un point de non-retour évident s'étant créé avec ceux qui, ayant pourtant travaillé de concert avec lui lors du mandat écoulé, le diabolisait aujourd'hui. D'ailleurs quand bien même ceux-là, mettant un mouchoir sur leur amour propre et se rendant bien compte que son expérience leur était indispensable, lui auraient demandé de rester en fonction, qui peut imaginer qu'il aurait pu se mettre à leur service alors qu'ils l'avaient dénigré sans vergogne ?

 Après les élections, André Esmery s'est donc naturellement mis en quête d'un nouvel emploi. Villenoy n'ayant pas su le conserver, une commune de 10 000 habitants du nord Seine-et-Marne a été trop contente de pouvoir récupérer un DGS de cette envergure. Comme il n'est pas homme à faire les choses à moitié, il s'y est investi pleinement, et à raison, pour être le plus opérant possible sans délai. Désormais, il va prochainement s'installer dans cette commune l'ayant accueilli.

 Il quitte donc Villenoy, et en toute logique, n'y résidant plus il renonce à son poste d'élu municipal d'opposition.

 Qu'il nous soit donné ici l'occasion de saluer l'action de deux hommes qui auront marqué de leur empreinte notre commune :

  • Roger Paoletti, maire des deux mandatures écoulées, qui a parfaitement su réagir à la fermeture du site de la sucrerie en projetant son acquisition par la commune. Il a en effet compris qu'il ne faudrait pas ajouter au drame social (la perte de leur emploi de tous ces salariés permanents ou saisonniers) et économique (disparition coup sur coup des deux fleurons de la commune, la sucrerie et l'Union commerciale) l'incapacité de maîtriser la reconversion du site de la sucrerie.
  • André Esmery, qui a été le chef d'orchestre de cette opération de reconversion maîtrisée et réussie, en apportant tout son savoir et ses capacités à chercher les financements et subventions, sans lesquels rien n'aurait été possible, le tout sans alourdissement des impôts des Villenoyens.

 Sans eux, ces investissements d'avenir sans précédent sur la commune, n'auraient pas pu être menés à bien, et les promoteurs s'en seraient donné à coeur joie, engendrant une urbanisation pour ne pas dire une sururbanisation non sans conséquence pour notre commune.

 Au lieu de cela, il a été conservé une coulée verte au profit des habitants de Villenoy, un pôle associatif (culture et sports) a trouvé place à l'ancienne sucrerie, un pôle médical a été créé ainsi qu'un pôle petite enfance, la mairie, à l'étroit dans ses anciens locaux, a trouvé un nouveau lieu d'hébergement, une zone d'activités en complément de la ZA Plique a été décidée pour développer le tissu économique communal, un programme résidentiel limité a été proposé à des conditions de prix attractives.

 Ce sont cette vision d'avenir et cette capacité à maîtriser le budget de la commune qui font cruellement défaut au maire d'aujourd'hui et à son équipe, englués dans une gestion à court terme, sans projets et sans perspectives.

 On le voit tous les jours dans tous les domaines (activités des enfants cet été, nouveaux rythmes scolaires adoptés sans réelle concertation et en tout état de cause sans tenir compte des aspirations des parents, subventions aux associations, précarité, ....), c'est l'improvisation permanente et l'absence totale de maîtrise des dépenses et des recettes de la commune, conduisant la municipalité en place uniquement à des décisions restrictives.

 L'histoire ne sera pas réécrite, les élections en ont décidé. Mais qu'il nous soit permis aujourd'hui, au moment où André Esmery quitte Villenoy, de dire combien nous perdons un homme dont la compétence a été profitable à notre commune.

 Selon l'expression des marins, nous lui souhaitons bon vent dans sa nouvelle commune d'adoption. Pour notre part, grâce à ce qu'il nous a apporté et légué, nous continuons bien sûr notre action au conseil municipal avec nos représentants élus et plus largement dans la commune pour jouer notre rôle de critique et de proposition au service des Villenoyens et des Villenoyennes.

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire part de marques d'intérêt pour notre groupe. Plus nous serons nombreux, plus forts nous serons. Rejoignez-nous !

Comments