Actualités‎ > ‎

NON au PROJET de DECHARGE TERZEO !

publié le 15 avr. 2017 à 01:16 par Villenoy Avenir

Comme vous le savez, nous sommes pleinement engagés au sein du collectif des Villenoyens en colère contre le projet de décharge de produits toxiques prévu sur les communes de Villenoy et Isles-les-Villenoy (projet Terzéo).

Avec le collectif du pays de Meaux et l’association M.A.R.N.E. créée à l’initiative de ce collectif, nous cherchons à empêcher la réalisation de cette décharge de produits dangereux au pied de nos maisons.

Après la réunion publique du 7 janvier où Terzéo a été mise à mal et l’avis défavorable de toutes les communes impactées et consultées, les commissaires-enquêteurs viennent néanmoins de donner un avis favorables, sous quelques aménagements à la marge.

Prochaine étape de la mobilisation, le SAMEDI 29 AVRIL où nous appelons les citoyens de tous bords à se joindre au rassemblement organisé devant la sous-préfecture de Meaux par le collectif du pays de Meaux et l’association M.A.R.N.E.

Vous trouverez ci-dessous l’article inséré sur le site du collectif des Villenoyens en colère   https://sites.google.com/view/nonauxdechetsavillenoy/.

Vous ne voulez pas que l’on stocke un million de tonnes de déchets dangereux sur notre commune au cours des 30 prochaines années, faîtes-le savoir, venez le dire haut et fort ce samedi 29 avril devant la sous-préfecture de Meaux !

DENI de DEMOCRATIE !

L’avis de la commission d’enquête diligentée sur le projet Terzéo de recyclage de déchets dangereux, vient de « tomber » : avis favorable sous « réserves », bien mineures, vous le verrez.

Certes, nous ne pouvions écarter cette éventualité, mais un sacré coup de massue quand même !

Le rejet massif par la population ? Les avis défavorables de la totalité des communes impactées et consultées ? La piteuse prestation de Terzéo, incapable d’étayer et d’argumenter son dossier lors de la réunion publique du 7 janvier à Villenoy ? Apparemment « peccadilles » aux yeux des commissaires enquêteurs qui n’en ont eu cure et ont préparé le « terrain » pour un futur de plus en plus largement promis à Terzéo !

Que le projet soit en site urbain, que le site choisi soit entièrement et lourdement pollué, comme le démontre l’étude faite par le collectif du pays de Meaux et comme il ressort du dossier d’études déposé par Terzéo lui-même, que soit posé un vrai problème de santé publique compte tenu notamment de la nature de la géologie locale, que l’on soit en limite d’une zone Natura 2000 censée être être préservée et protégée, bref, tout ça, sans doute que des « élucubrations » d’une poignée de gauchistes, évidemment ….. 

Cet avis favorable de la commission constitue un vrai déni de démocratie. En réalité, force est de constater que tous les commentaires émis lors de l'enquête publique sont balayés à l'exception, hasard, d'un prérequis maintes fois énoncé par les édiles du coin, à savoir :
  • La commission d’enquête estime que la réalisation du projet est conditionnée par l’engagement de Terzéo de s’impliquer dans un plan de résorption de terres polluées contenues dans le sarcophage, alors, rappelons-le, que ce ne sont pas les seuls 6 ha du sarcophage qui sont pollués, mais la totalité des 64 ha du site qui le sont lourdement,
  • Elle préconise des alternatives aux voies d’acheminement (voies ferrées, voies fluviales), comme si elle voulait limiter l’impact aux seules nuisances de transports, occultant totalement les risques de santé publique clairement identifiés. 
En outre, à quoi riment vraiment ces réserves, dès lors qu’aucun engagement d’ordre financier n’est demandé à la Société Terzéo ?

Bref, comment ne pas avoir l’impression que la « messe » était dite d’avance, que l’enquête publique n’a été que formelle - il faut bien respecter les textes …. -, mais que les observations et la mise à mal du dossier n’ont que bien peu pesé, voire pas pesé du tout …..

Pour autant, il n’est pas question de baisser les bras. Au contraire notre détermination, la détermination de la population, n’en est que décuplée et nous appelons à la mobilisation en réponse à ce déni de démocratie. Le 29 avril, avec l’association M.A.R.N.E (Mouvement Associatif de Résistance aux Nuisances Environnementales) et le collectif du pays de Meaux, regroupons-nous nombreux devant la sous-préfecture de Meaux, place de l’Europe, pour demander au Préfet de refuser le projet Terzéo. 

D’autant, une mauvaise nouvelle pouvant en cacher une autre, que dans le même temps est intervenue l’annulation dans le PREDEC (Plan Régional de Prévention et de gestion des Déchets issus des Chantiers du bâtiment et des travaux publics) du moratoire interdisant toute extension ou création de nouvelle décharge en Seine-et-Marne pendant 3 ans. Cela suite à un recours administratif du Préfet de Région.

Or, le Président du conseil départemental prend prétexte de cette annulation pour proposer de concentrer les activités liées aux déchets du BTP dans les anciennes carrières comme celles qui existent autour des boucles de la Marne (Isles-les-Villenoy, Vignely, Charmentray, Annet-sur-Marne, Poincy …..). Par ailleurs, il valide en quelque sorte la décharge Terzéo en ce qu’elle représente une filière de recyclage, omettant au passage un simple petit « détail » : ce recyclage ne recyclera pas plus d’un million de tonnes de déchets toxiques qui resteraient enfouis à côté de chez nous au terme des 30 ans d’exploitation prévus …..

Bref, en plus de la problématique Terzéo, on nous promet un Terzéo + avec la prolifération de décharges sur notre territoire, une sorte de multiplication des petits « pains », en veux-tu, en voilà ! Alors que notre département est déjà le « champion » toutes catégories de la concentration des décharges en Ile-de-France ! On voudrait définitivement le cantonner à un rôle de poubelle de l’Ile-de-France qu’on ne s’y prendrait pas autrement ….

Inconscience ou irresponsabilité ? Les deux, mon général, avons-nous envie de dire …..

Avec cette nouvelle gradation de l’échelle des dangers, plus que jamais, les mouvements citoyens préoccupés par les questions d’environnement et de santé publique, ne peuvent qu’appeler les citoyens de tous bords, rejetant fatalisme et résignation, à faire entendre haut et fort leur voix et leur détermination à s’opposer à ce qui se trame dans leur dos, à l’encontre de leur cadre de vie et de leur santé.

TOUTES et TOUS, SOYONS NOMBREUX au RASSEMBLEMENT devant la SOUS-PREFECTURE de MEAUX, PLACE de l’EUROPE, le SAMEDI 29 AVRIL à 10 H 00 !
Comments