Actualités‎ > ‎

Nous sommes tous Paris !

publié le 2 déc. 2015 à 22:04 par Villenoy Avenir

Quelques mois après l’attentat de Charlie, la France, et Paris en particulier, a de nouveau été frappée dans sa chair par des gens sans foi et sans loi, qui au nom d’un intégrisme barbare, ont décidé de « punir » à l’aveugle tout ce qui refuse de se soumettre à leurs « convictions » arriérées et rétrogrades.

130 victimes, toutes innocentes, sans compter les nombreux blessés, certains toujours dans un état très grave conserveront à vie les stigmates de cet odieux attentat, leur seul « crime » ayant été d’être là au mauvais endroit au mauvais moment.

Que l’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas un hasard si les terroristes s’en prennent à notre pays, engagé dans la lutte contre le terrorisme et symbole de tout ce que honnissent ces sauvages : le pays de la révolution française, le pays du siècle des lumières, le pays des philosophes et de la réflexion, le pays de la liberté de penser et de vivre comme bon semble, le pays où, sacrilège suprême, outre un mode de vie très libertaire admis, le droit au blasphème n’est pas interdit.

Les auteurs et les commanditaires de ces massacres horribles veulent installer la peur, la division et semer la haine. Leurs cibles sont la démocratie et les valeurs qu’elle incarne, partout dans le monde comme le rappelle encore le dernier attentat dans la toute jeune démocratie tunisienne.

Si, pour l’instant, ces évènements réussissent surtout à rassembler la nation et à insuffler un vaste mouvement de rejet de la terreur, de la haine et de la barbarie, pourtant des voix s’élèvent déjà, notamment pour se demander si, après tout, la France ne devrait pas rester à l’écart des opérations contre Daesh, au motif que, sans cette implication, on ne viendrait pas nous chinoiser sur notre territoire.

Que l’on y réfléchisse bien et que l’histoire nous serve de leçon : quelles ont été les conséquences de l’indifférence des démocraties européennes et américaine devant la montée du nazisme, alors qu’il était encore largement temps de faire en sorte qu’il ne puisse pas asseoir sa puissance ?

N’ayons pas la mémoire courte et ayons toujours en tête ce message de Martin Niemöller, pasteur protestant, arrêté et interné par les nazis  : 
«Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste. Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique. Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester. »"
Comments